NOS CONSEILS D'EXPERTS

NOS ARTICLES LES PLUS LUS

Huile essentielle de Ravintsara, un trésor Malgache

L’huile essentielle de Ravintsara est une incontournable pour les amoureux d’aromathérapie. Reconnue pour ses superbes propriétés anti-virales, immunostimulantes et anti-infectieuses, elle permet de lutter contre de nombreux maux. L'huile essentielle de Ravintsara  Comment le reconnaitre ? Le Ravintsara ou Camphrier de Madagascar (Cinnamomum camphora CT 1,8 cinéole)  fait partie de la famille des Lauracées. Aussi bien sauvage que cultivé, l’arbre touffu mesure 5 à 8 mètres et peut atteindre jusqu'à 15 mètres. Il apprécie les zones humides et ensoleillées. Il privilégie les zones à forte pluviométrie, des températures supérieures à 5°C, et un sol sablonneux et drainant car ses racines ne supportent pas d’être gorgées d’eau. Les feuilles de couleur sombre sont ovales, larges, persistantes et brillantes sur la face supérieure. Elles dégagent une odeur fraîche liée à la présence du 1.8 cinéole. L’huile essentielle de Ravintsara est obtenue par la distillation des feuilles. La floraison a lieu de novembre à janvier, les fleurs sont verdâtres et comptent 3 pétales. Le fruit est constitué d’une baie divisée en 6 quartiers contenant chacun une graine. Origine du Ravintsara Encore inconnu dans les années 1980, le Ravintsara est importé d’Asie jusqu’à Madagascar. A l’origine, cette espèce contient une grande concentration de camphre mais sa composition chimique a évoluée sur le sol malgache. Lors de son implantation dans les terres de Madagascar, la plante mute et ne contient pratiquement plus de camphre ; en revanche elle s’enrichit en une autre molécule : le 1.8 cinéole.  Utilisé en médecine traditionnelle par les tradi-praticiens, il est très efficace pour soigner plusieurs maladies. D’où son appellation de Ravintsara, qui signifie « feuille bonne à tout ». En malgache : Ravina = Feuille, Tsara = Bonne. On la décrit comme miraculeuse, capable de guérir toutes sortes de maladies et d’infections, un « arbre-médecine ». Les malgaches s’en servent pour soigner une multitude de maux, et pour parfumer le rhum artisanal. La particularité du Ravintsara réside dans le fait qu’une fois adapté au terroir malgache, il est devenu un camphrier sans camphre. Dans les zones humides de basse altitude, on assiste à sa croissance rapide. Par contre, sur les hautes terres, sa croissance est plutôt ralentie et sa qualité nettement supérieure. En effet, suite au stress hydrique et au climat plus frais, l’arbre produit plus d'essence et gagne ainsi en composition (cinéol) et en qualité olfactive. A quoi sert-il ? Le Ravintsara fournit une huile essentielle exceptionnelle pour lutter contre les maux de l’hiver et autres virus. Elle est impressionnante à tout point de vue : efficacité, innocuité, tolérance. Elle est utilisée pour les infections respiratoires telles que les rhinites, rhino-pharyngites, toux grasses. Superbe antivirale, elle est aussi une alliée utile pour la prévention de la grippe, et pour lutter contre toute forme d’infection virale : herpès, hépatite… Neurotonique, elle rééquilibre le système nerveux, elle tonifie lors d’un coup de mou et ralentit à l’inverse les coups de « speed ». Chaque individu pourra donc réagir différemment face à cette huile essentielle, certains vont se sentir plus calmes et d’autres plus dynamiques. Elle permet de rééquilibrer l’organisme et de retrouver l’apaisement. En pratique Comme nous le disions ci-dessus, cette huile essentielle est une alliée de choix contre de nombreux maux, tels que : le rhume, la rhinite, la sinusite, le zona, l’herpès, etc. En fonction de son utilisation, elle pourra être utilisée en voie orale, en voie cutanée ou encore en olfaction. Voici quelques astuces et conseils d'utilisation :  Booster son immunité  Appliquez 2 gouttes d’huile essentielle de Ravintsara sur les poignets chaque matin (5 jours sur 7) ou 1 à 2 perles de Ravintsara avant le petit déjeuner, chaque jour, pendant la période délicate. Grippe En cas de grippe ou de virus, 4 gouttes sur le thorax, 4 fois par jour pendant 7 jours ou si vous préférez, sur la colonne vertébrale. Pour les petits, massez 1 goutte diluée avec 2 gouttes d’huile végétale de noyau d'abricot sur la voûte plantaire (5 jours sur 7). Grâce à cette application cutanée, non seulement vous aurez tous les bienfaits de la voie cutanée (directement dans le sang) et en plus les bienfaits respiratoires et ORL. De plus, ce qui est intéressant avec l’application sur les voûtes plantaires, c’est qu’elles sont en contact direct avec la voie pulmonaire. De ce fait, les poumons bénéficieront directement des bienfaits du cinéol du Ravintsara. En application cutanée : vous pouvez par mesure de précaution, diluer l’huile essentielle de Ravintsara dans une huile végétale au choix. Bouton de lèvre Diluez 1 goutte d’huile essentielle de Ravintsara avec une huile végétale et appliquer sur la zone touchée. Nez qui coule En inhalation, 5 gouttes dans un bol d’eau fumante, en l’absence de fièvre, durant 1 à 10 minutes, inhalé (3 fois par jour et il est recommandé de ne pas sortir immédiatement dehors après une inhalation) ; Seconde astuce : Diluer 1 à 2 gouttes d’huile essentielle de Ravintsara avec une huile végétale et masser au niveau des sinus. Attention, à ne pas mettre l’huile essentielle trop près des yeux. En cas d’huile essentielle dans les yeux, rincez immédiatement avec une huile végétale. Créer son spray assainissant Associez : 200 gouttes d'essence de citron ; 300 gouttes d'Huile Essentielle de Ravintsara ; 80 gouttes d'Huile Essentielle de Lavande vraie ; Le tout dans un contenant Spray 30 ml. À vaporiser à raison de plusieurs fois par jour si nécessaire pour assainir l’air et parfumer agréablement. Si vous n'avez pas envie de créer votre spray assainissant, diffusez l’Huile Essentielle de Ravintsara à l’aide de votre diffuseur à raison de 10 à 20 minutes, 3 fois par jour (10-15 gouttes d’Huile Essentielle suffisent). La diffusion via un diffuseur ou via un spray permettra d’assainir l’atmosphère. Ce geste simple permet de renforcer l’immunité et d’éviter le risque de contamination. Vous pouvez également associer les Huiles Essentielles de Pin Sylvestre ou encore d’Epinette noire dans votre synergie diffusion. Précautions d’emploi : Déconseillé pendant les 3 premiers mois de la grossesse et chez la femme allaitante ; Pour les enfants en usage cutané uniquement : dès l’âge de 3 ans (voir la posologie) ; Les asthmatiques et les épileptiques craignent un taux trop élevé de 1,8 cinéole. Le Ravintsara doit être utilisé en connaissance de cause. Une bonne alternative pour les personnes asthmatiques est l’Huile Essentielle de Mandravasarotra. Elle est aussi un trésor malgache mais provient de l’autre côté de l’île ! Pour en savoir plus, demandez conseils aux professionnels de la santé. Références : https://www.passeportsante.net/fr/Solutions/HuilesEssentielles/Fiche.aspx?doc=huile-essentielle-ravintsara

Par Pranarôm International

Soigner mon bébé avec des Huiles Essentielles ?
Soigner mon bébé avec des Huiles Essentielles ?

Si les Huiles Essentielles sont de véritables alliées dans votre quotidien, il faut savoir les utiliser avec précaution et encore plus pour votre bébé ou votre enfant en bas âge. L’usage des Huiles Essentielles sur votre petit nécessite de bonnes connaissances en aromathérapie et le respect scrupuleux des dosages. Envie d’en savoir plus ? Les Huiles Essentielles pour les bébés Tout d’abord, il faut savoir qu’il est déconseillé d’utiliser des huiles essentielles en dessous de l’âge de trois mois et que toutes les huiles essentielles ne sont pas autorisées même après cet âge. La raison pour laquelle on déconseille l’usage des huiles essentielles avant 3 mois, est que les bébés sont trop jeunes pour être exposés à ces substances actives. Cependant, à Strasbourg, une étude en néonatologie a démontré que la diffusion de Vanille avait un impact positif sur le rythme respiratoire des prématurés et sur la réduction de mort subite. Grâce à cette étude, nous savons que certaines huiles essentielles utilisées à bon escient, peuvent avoir des effets bénéfiques sur les bébés. Il est toutefois primordial que cela soit supervisé par un professionnel de la santé. Les Huiles Essentielles sont des substances actives, concentrées et très puissantes. Elles peuvent être des alliées naturelles au quotidien pour votre bébé, si elles sont utilisées avec prudence et en connaissance de cause. Pour commencer, voici quelques mesures de précautions primordiales ainsi qu’un tableau récapitulatif qui vous aidera à effectuer vos mélanges d’huiles essentielles et huiles végétales en fonction de l’âge de votre enfant. Voici quelques mesures de précautions primordiales ainsi qu’un tableau récapitulatif qui vous aidera à effectuer vos mélanges d’Huiles Essentielles et Huiles Végétales en fonction de l’âge de votre enfant. Les mesures de précautions Le choix de l’Huile Essentielle est primordial : interdiction d’utiliser les Huiles Essentielles neurotoxiques comme : la Menthe poivrée, le Romarin ct camphre, l’Eucalyptus mentholé, …. et trop neurotoniques ainsi que dermocaustiques, comme : la Cannelle, l’Origan, le Thym thymol, la Sarriette, … ; Pas de voie orale avant l’âge de 6 ans. Avant cet âge, toujours privilégier la voie cutanée, la diffusion ou la voie rectale ; En voie cutanée toujours en dilution avec une Huile Végétale et maximum à 30%; Si vous utilisez une Huile Essentielle photo sensibilisante, pas d’exposition au soleil pendant 6 heures après utilisation ; Ne pas appliquer dans les oreilles, sur les yeux ou dans le nez. Ce conseil vaut également pour les adultes : Commencez par un test cutané de l’Huile Essentielle en diluant une goutte dans un peu d'eau et en appliquant le mélange dans le creux du coude de votre bébé. La peau y est très fragile, c'est un bon test d'allergie. Sans réaction pendant 24 heures, vous pouvez utiliser l'Huile Essentielle. Il est préférable de demander conseils à un professionnel de la santé avant utilisation. Tableau de dilution pour les enfants Pour la voie cutanée, on soigne en regard de l’organe cible. (Ex : mal de ventre = on masse le ventre) ; Pour la diffusion, 3 gouttes dans un diffuseur ultrasonique à raison d’une demi heure, puis il faut attendre une demi heure pour le coucher. Ne pas diffuser quand l’enfant dort. Quelques Huiles Essentielles conseillées pour soulager bébé Ravintsara et Niaouli contre les petites infections des voies respiratoires (rhumes-bronchites) Un rhume a vite fait de se transformer en bronchiolite chez les tout-petits. Certaines huiles essentielles peuvent éliminer les microbes et soutenir le système immunitaire comme l’Huile Essentielle de Ravintsara ou encore l’Huile Essentielle de Niaouli. Exemples d’utilisation : Pour protéger votre bébé qui va à la crèche : s’il a 1 an par exemple, préparez la dilution à 11% et appliquez la solution tous les matins sur la plante des pieds : 3 gouttes du mélange. (5 jours sur 7 pendant toute la période à risque) ; Si votre bébé présente les symptômes d'un rhume : il a 9 mois, vous pouvez réaliser une synergie à 10% et appliquer 3 à 4 gouttes, 3 à 4 fois par jour jusqu’à amélioration). Tea-tree pour les problèmes de peau Efficace dans la lutte contre de nombreuses infections, l’Huile Essentielle de Tea-tree, grande antibactérienne aide aussi à se débarrasser des infections cutanées (plaies, mycoses, boutons etc), des infections ORL (infection des bronches), ou, parasitaires (vers intestinaux). Exemple d’utilisation :  Pour faire face à une roue de sainte Catherine, un petit bouton ou une plaie infectée par exemple. Diluez l'Huile Essentielle en fonction de l’âge de l’enfant. Par exemple, s’il y a 3 ans, mélangez 1 goutte d’Huile essentielle de Tea-tree avec 2 gouttes d’Huile Végétale (1 goutte dans 3 gouttes au total, soit 33%), à appliquer localement. Camomille noble et Petit grain bigarade pour se détendre et pour les troubles gastro-intestinaux Apaisante nerveuse par excellence, l’Huile Essentielle de Camomille Noble est aussi antispasmodique et anti-inflammatoire. Ce qui en fait une véritable alliée en cas de coliques. Si vous préférez l’odeur des agrumes, l’huile essentielle de Petit grain bigarade a de belles propriétés calmantes et relaxantes en voie cutanée ou olfactive via la diffusion. Exemple d’utilisation : Votre bébé est nerveux ? Il pleure et a des coliques de plus en plus intenses ? L’Huile Essentielle de Camomille Noble pourra être utilisée. Mélangez dans votre main 1 goutte d’Huile Essentielle de Camomille Noble à 2 gouttes d’Huile Végétale d’Amande douce. Réchauffez le mélange entre les mains puis masser le ventre du nourrisson. Le Laurier noble pour les problèmes de bouche L’Huile Essentielle de Laurier Noble est particulièrement indiquée pour les problèmes de bouche : poussées dentaires, impétigo. Elle est également préconisée pour renforcer la confiance en soi lorsque votre petit entre à l’école par exemple, et régule le système nerveux. Pour ce dernier, utilisez la technique de l’olfaction (1 goutte sur chaque poignet et respirez profondément 3 fois de suite, dilution avec une Huile Végétale si votre enfant a moins de 6 ans). Exemple d’utilisation : Pour un problème de bouche, mélangez 2 gouttes d’Huile Essentielle de Laurier noble à 1 goutte d’Huile Végétale, à masser dans la bouche maximum 2-3 fois par jour. Hélichryse italienne (Immortelle) en cas de bleus et/ou de bosses Anti traumatique et anti inflammatoire par excellence l'Huile Essentielle d’immortelle est reconnue comme une Huile Essentielle miraculeuse ! Pour en savoir plus sur elle, rendez-vous sur l’article de blog : « La mystérieuse Helichryse italienne » consacrée à cette Huile Essentielle. Exemple d’utilisation :  Massez 1 goutte d'Huile Essentielle d’Immortelle mélangée à 2 gouttes d’Huile Végétale sur les bleus et les bosses dès la chute susceptible de les provoquer (jusqu’à 3 fois par jour). Lavande vraie pour lutter contre les poux et pour bien dormir Indispensable à la maison, l’Huile Essentielle de Lavande vraie est reconnue pour réguler le système nerveux et pour calmer et décontracter afin de passer une nuit sereine. Elle est aussi un excellent répulsif contre les poux. Exemples d’utilisation :  Pour un sommeil réparateur : 1 goutte sur l’oreiller avant le rituel du coucher ; En prévention des poux : Pulvériser l’huile essentielle de lavande vraie en utilisant le contenant spray aromaself sur les cols de manteaux par exemple, le matin avant le départ pour l’école. Une gamme de produits finis : Pranabb Ci-dessus, vous avez pu voir que certaines huiles essentielles peuvent être utilisées même pour les plus petits. Cependant, si vous recherchez un accès simple et sécurisé, fruit de 30 ans d’expertise en aromathérapie, il existe la gamme PranaBB. Dans cette gamme, chaque composition est étudiée précisément en fonction de la toxicité des molécules contenues dans les huiles essentielles, le dosage est adapté aux bébés et aux voies d’administration. Chaque formule est enregistrée auprès des autorités et est conforme aux réglementations en vigueur. Le baume pectoral : Le baume pectoral est un gel très doux et certifié bio aux huiles essentielles de Sapin baumier, épinette noire, de Marjolaine à coquilles et d’Inule odorante. Une synergie aromatique idéale pour faciliter et dégager la respiration ; L’huile de massage défenses naturelles : bébé va à la crèche et vous souhaitez renforcer ses défenses naturelles pour qu’il reste en pleine forme et évite les microbes. Découvrez la nouvelle formule de cette huile de massage enrichie en Huiles Essentielles de Thym CT Thujanol, Lavandin Super, Ravintsara, Mandravasarotra ou encore d’essence de Citron. Ces huiles essentielles aux belles propriétés antivirales, immunostimulantes et antibactériennes sont idéales pour que bébé reste en pleine forme ; L'huile de massage confort digestif : huile de massage certifiée bio aux Huiles Essentielles de camomille noble, de lavande vraie, de petit grain bigarade et de fenouil. Une synergie aromatique pour aider à soulager les crampes au niveau du ventre, favoriser la digestion et pour apaiser l’agitation du bébé suite à la sensation d’inconfort ; Le gel poussées dentaires : Ses dents le font souffrir… Le gel “Poussées dentaires“ est un gel gingival au goût agréable, sans sucre, aux Huiles Essentielles certifiées bio de katrafay, camomille noble et giroflier, associées au macérât huileux de calendula. Une formule aromatique douce qui calme et apaise l’inconfort de bébé. Le produit réconforte rapidement les gencives sensibles en toute sécurité ; Vous trouverez aussi dans la gamme PranaBB des solutions pour les fesses rouges et irritées de bébé, les bleus et les bosses et les piqûres de moustique. La diffusion pour bébé La diffusion est une technique d’aromathérapie très douce. Elle permet de diffuser les huiles essentielles dans l’air afin de l’aseptiser ou bien de diffuser des huiles essentielles qui auront un impact sur nos émotions.Les mamans savent qu’elles peuvent aromatiser la chambre de bébé avant son coucher pour assainir l’air ou favoriser le sommeil. C’est un geste simple et bienfaisant que toute famille peut apprécier. Il n’y a pas de contre-indication, à partir du moment où on a bien sélectionné ces huiles essentielles car certaines ne conviennent pas à la diffusion ou aux enfants. Toutefois, il est important de savoir qu’il ne faut jamais diffuser pendant le sommeil de l’enfant et qu’on veillera à ne pas orienter les huiles essentielles vers le visage de bébé. Le diffuseur / veilleuse DOUDOU a été spécialement conçu pour la chambre de bébé. Il fonctionne avec 3 gouttes d’huiles essentielles adaptées à bébé et de l’eau (diffuseur ultrasonique). Il a des fonctions de diffusion variées à savoir « le mode continu » et le « mode discontinu ». Le mode discontinu signifie qu’il fonctionne 30 secondes « on » puis 30 secondes « off ». Concernant la durée de diffusion, il s’arrête après 1h, 3h ou 7h de diffusion au choix. Ces modes ont été conçus pour que vous restiez totalement serein ou sereine, car tout est fait pour éviter la toxicité des huiles essentielles. Pour une chambre d’enfant, choisir de préférence le mode discontinu et ne pas diffuser plus d’une heure. Concernant les mélanges diffusion d’huiles essentielles, plusieurs huiles essentielles sont adaptées à la diffusion dans les pièces à vivre d’un bébé dès l’âge de 3 mois. Pour simplifier les choses, Pranarôm propose 3 mélanges d’huiles essentielles spécifiquement formulés pour bébé : diffusion Sommeil, Assainissant ou Citronnelle. Conseils d’utilisation : A partir de 3 mois ; 3 gouttes dans le diffuseur ultrasonique ; 30 minutes de diffusion, (éteindre 30 minutes avant le coucher).

Par Shopify API

Mal de gorge : peut-on soulager angine et pharyngite avec les Huiles Essentielles ?
Mal de gorge : peut-on soulager angine et pharyngite avec les Huiles Essentielles ?

En cas de mal de gorge, consultez en priorité votre médecin traitant. Il sera le seul à même de diagnostiquer ce dont vous souffrez. En complément du traitement qu’il vous prescrira, les huiles essentielles anti-infectieuses et réputées pour leur action bienfaisante sur la sphère ORL et donc la gorge irritée ou douloureuse seront les bienvenues. On pense bien sûr au Thym thujanol mais pas seulement. L’angine se caractérise par une inflammation de la gorge atteignant les amygdales et souvent les piliers du voile du palais. Une fois diagnostiquée, elle est traitée la plupart du temps par le médecin avec des antibiotiques (car c’est une maladie infectieuse) et par des médicaments de confort (spray antiseptique et anti-inflammatoire pour la gorge, paracétamol,…). Il en va de même pour la pharyngite bien que dans ce cas l’inflammation est clairement concentrée sur le pharynx et que parfois les antibiotiques sont évités. Dans les deux cas, les Huiles Essentielles peuvent apporter un complément intéressant pour plus de confort. Synergie d'Huiles Essentielles pour l'angine Dans son livre, « L’aromathérapie » aux éditions Amyris, Dominique Baudoux, docteur en pharmacie, préconise pour l’angine la recette suivante : Huile Essentielle de thym CT thujanol : 2 gouttes Huile Essentielle de tea tree : 2 gouttes Huile Essentielle de menthe citronnée (mentha citrata) : 1 goutte Huile Essentielle de mandravasarotra (cinnamosma fragrans) : 1 goutte Vous obtenez un petit mélange d’Huiles Essentielles pures d’environ 0.5 ml. Pour en obtenir plus et le conserver dans un flacon en verre ambré, augmentez les doses (multipliez par 10 en respectant les proportions : 2 gouttes deviennent 20 gouttes). Le conseil de l’auteur : 2 gouttes de ce mélange sont à appliquer sur 1/4 de morceau de sucre de canne à sucer trois fois par jour pendant 2 ou 3 jours. Il faut noter que si l’on n’a pas de menthe citronnée, qui est difficile à trouver, on peut la remplacer par de la lavande vraie qui est également riche en esters et en alcools terpéniques. Aromaforce Le spray gorge Lorsqu’on parle de mal de gorge, on pense aussi tout de suite au nouveau spray gorge de Pranarôm contenant du Thym thujanol et de la Menthe poivrée : AROMAFORCE spray gorge. Comble du comble, il contient évidemment des huiles essentielles et il est certifié BIO ! Il apaise la gorge, le pharynx et les cordes vocales et a une influence adoucissante sur la forge. Petit plus : il rafraichit l'haleine. Posologie Le spray Aromaforce peut s'utiliser de 3 à 8 fois par jour. Amenez l'embout du spray en position horizontale et le diriger vers la gorge ou la bouche en l'ouvrant largement.

Par Shopify API

NOS PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES

L’efficacité des huiles essentielles sur la rhinite allergique scientifiquement prouvée !
L’efficacité des huiles essentielles sur la rhinite allergique scientifiquement prouvée !

Le nez qui coule en permanence, les yeux qui piquent, les éternuements, dès l’arrivée des beaux jours pendant des semaines, on s’en passerait volontiers. Grâce aux Huiles Essentielles, il est possible de vivre le printemps comme tout le monde de façon 100% naturelle donc sans effets secondaires. Des solutions à portée de main et de bourse validées par la communauté scientifique. Qu'est-ce qu'une rhinite allergique ? Une Rhinite allergique est une inflammation de la muqueuse du nez, des sinus et des yeux. Elle est déclenchée par une réaction du système immunitaire à une substance normalement inoffensive, dite allergène, comme le pollen, la moisissure et les acariens. Il existe deux types de rhinites allergiques : la rhinite allergique périodique (saisonnière), appelée aussi rhume des foins, qui ne survient qu’à certaines périodes (saisons) précises de l’année et qui est causée par des allergènes transportés par le vent. la rhinite allergique apériodique ou perannuelle (persistante) -PAR-, qui survient indépendamment des saisons et qui est due à des éléments allergènes présents dans l’air ambiant des maisons et des édifices (acariens, animaux de compagnie, moisissures, etc.). C’est l’une des maladies chroniques les plus fréquentes : elle touche environ 500 millions de personnes dans le monde et provoque divers troubles (fatigue, dysfonction cognitive, dépression, etc.). Comment la combattre ? Différents médicaments (antihistaminiques, décongestionnants, stéroïdes topiques ou immunothérapie) peuvent être utilisés pour aider à contrôler les différents symptômes. Mais ces moyens ne sont ni toujours efficaces, ni sans effets secondaires; c’est pourquoi les médecines complémentaires gagnent de plus en plus de terrain dans ce genre de pathologie. L’aromathérapie offre à cet égard un choix conséquent avec ses Huiles Essentielles telles que l’Eucalyptus radié, le Ravintsara et l’encens Oliban connues pour leurs effets anti-inflammatoire et immunomodulateur 2, 3 et l’Huiles Essentielles de Bois de Santal, fréquemment utilisée pour son effet sur la relaxation et la sédation 1. L’étude Une étude clinique conduite dernièrement (Février 2016) en double aveugle, randomisée et contrôlée, par des chercheurs Sud-Coréens, Seo Yeon Choi et Kyungsook Park de l’Université Chung-Ang à Seoul, a exploré l’effet de l’inhalation de la mixture de 3 Huiles Essentielles (Bois de Santal, Encens Oliban et Ravintsara) sur les symptômes, la qualité de vie, la qualité du sommeil et le niveau de fatigue de 62 patients souffrant de rhinite allergique périannuelle (PAR). Expérimentation Les 62 patients ont été répartis au hasard en deux groupes; 2 x (n = 31) : Le groupe expérimental (Aromatherapy), a reçu 12 flacons d’1 ml du mélange d’Huile Essentielle de Bois de Santal, d’encens Oliban et de Ravintsara diluées à 0,2% dans de l’Huile Végétale d’Amande douce. Pendant 7 jours, à raison de 2 fois par jour, à 10h et à 22h (soit 14 séances au total), les participants ont versé le contenu du flacon d’1 ml sur un tampon qu’ils ont ensuite positionné à 30 cm de leur nez et inhalé pendant 5 minutes en respirant normalement. Le groupe témoin (Placebo) a reçu les même consignes, mais avec des flacons contenant seulement 1 ml d’Huile Végétale d’Amande douce. Plusieurs mesures ont été prises pour évaluer l’action de l’inhalation des Huiles Essentielles sur les symptômes de la PAR : la qualité de vie, la qualité du sommeil et la fatigue. Toutes les données ont été analysées à l’aide du logiciel SPSS et la valeur de P andlt;0,05 a été définie comme statistiquement significative. Résultats * Après 7 jours de traitement, le score global des symptômes nasaux (TNSS) a été réduit significativement dans le groupe Aromatherapy ( = 0,022). Pour les 4 symptômes, les 2 groupes ont montré une différence significative dans la variation moyenne de l’obstruction nasale ( = 0,035). Tandis que l’éternuement, l’écoulement nasal et les démangeaisons nasales ont démontré une tendance d’amélioration plus élevée dans le groupe Aromatherapy. Voir Tableau 1 Le score global de ‘RQLQ’ (Questionnaire sur la qualité de vie liée à la rhinoconjonctivite) a diminué beaucoup plus dans le groupe expérimental que dans le groupe placebo ( = 0,002). Sur les 7 évaluations de ‘RQLQ’, 5 ont montré des différences significatives entre les deux groupes et 2 n’ont pas montré si le groupe expérimental avait de fortes tendances d’amélioration par rapport au groupe témoin. La fatigue (contrairement à la qualité du sommeil) a été améliorée significativement pour le groupe expérimental (P = 0,021). Conclusion Les auteurs de l’étude concluent que l’inhalation d’Huiles Essentielles peut être utilisée comme une intervention complémentaire sûre et efficace pour réduire les symptômes de la PAR et pour améliorer la qualité de vie des patients. Cet essai contrôlé randomisé a en effet montré que l’inhalation du mélange des Huiles Essentielles de Bois de Santal, d’encens Oliban et de Ravintsara atténue les symptômes subjectifs de la PAR, améliore la qualité de vie spécifique à la maladie et réduit la fatigue chez les patients adultes atteints de PAR. Cette intervention a également un potentiel d’amélioration de la qualité du sommeil.  A. Zhiri     Références: *4 volontaires ont été exclus de l’étude. Reste : 2 x (n = 27) 1 Choi, Seo Yeon, and Kyungsook Park. « Effect of Inhalation of Aromatherapy Oil on Patients with Perennial Allergic Rhinitis: A Randomized Controlled Trial. » Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine 2016 (2016). 2 U. R. Juergens, U. Dethlefsen, G. Steinkamp, A. Gillissen, R. Repges, and H. Vetter, “Anti-inflammatory activity of 1.8-cineol (eucalyptol) in bronchial asthma: a double-blind placebocon-trolled trial,” Respiratory Medicine, vol. 97, no. 3, pp. 250–256, 2003 3 P.-D. Moon, I. S. Choi, J.-H. Go et al., “Inhibitory effects of biryuche-bang on mast cell-mediated allergic reactions and inflammatory cytokines production,” The American Journal of Chinese Medicine, vol. 41, no. 6, pp. 1267–1282, 2013

Arrêter de fumer à l'aide des Huiles Essentielles
Arrêter de fumer à l'aide des Huiles Essentielles

Mal de l’époque ou maladie ? L’addiction est un souci qui fait parler ! Les addictions dans notre société sont nombreuses et les Huiles Essentielles peuvent être de véritables alliées pour nous aider à arrêter de fumer naturellement. En ce mois sans tabac, focus sur la dépendance la plus répandue dans le monde. Alors, prêt(e) à écraser votre dernière cigarette? Comprendre l’addiction au tabac L’addiction est un comportement psycho-pathologique qui se caractérise par un désir constant et irrépressible d’une substance en dépit de la motivation et des efforts pour y échapper. Le tabac a un potentiel addictif très fort, devant l’alcool, le cannabis ou encore la cocaïne. C’est bien la nicotine qui est à l’origine de l’addiction au tabac. Le tabac, ça fait quoi ? Chaque cigarette que vous fumez met en danger votre santé. La consommation de tabac est la première cause de décès évitable et la principale cause de décès prématuré, réduisant de 10 ans en moyenne l’espérance de vie du fumeur chronique. Pire encore, la moitié des personnes qui fument à l’âge de 20 ans et qui n’arrêtent pas mourront d’une maladie liée au tabac. Les risques de décès dépendent de plusieurs facteurs : âge de la première cigarette, le nombre total d'années pendant lesquelles on a fumé, la quantité de tabac consommée quotidiennement, la façon de fumer (aspirations profondes, nombre de bouffées, cigarette maintenue entre les lèvres, etc.), type de tabac (additifs, teneur en goudrons et en nicotine), et de facteurs génétiques individuels. Mais ce qui est certain, c’est qu’il n'existe pas un nombre minimal de cigarettes qui soit inoffensif. Dire STOP au tabac naturellement ? La première chose à faire pour arrêter de fumer c’est d’avoir la volonté nécessaire et la motivation suivra ! Effectivement, arrêter de fumer est une décision personnelle importante et un véritable défi. Pour se libérer de cette dépendance et renouer alors avec vos sens, comme le goût par exemple, il faut du temps et cela se fait souvent par étapes.  Chacun a ses propres raisons de vouloir arrêter de fumer mais il n’est pas rare que cette envie soit partagée à la crainte de ne pas y arriver. Soyez confiant en votre capacité de changement et n’hésitez pas à consulter un spécialiste comme un tabacologue, un pharmacien ou un médecin spécialisé si le besoin s’en fait sentir. Bonne nouvelle cependant, sachez que dès que vous arrêtez de fumer, votre santé s’améliore et les méthodes pour arrêter sont nombreuses : les médicaments, l’hypnose, l’acupuncture, l’homéopathie ou encore l’aromathérapie. Il y a deux ans, nous vous parlions dans le blog d’une étude clinique suggérant que l’inhalation de l’Huile Essentielle de poivre noir (piper nigrum) pouvait aider les fumeurs à réduire les symptômes de sevrage tabagique. Etude clinique : Poivre noir Pour rappel, l’étude publiée par Jed E. Rose et Frederique M. Behrn « Inhalation of vapor from black pepper extract reduces smoking withdrawal symptoms » (parue dans Drug and Alcohol Dependence 34 (1994) 225-229), les auteurs – appartenant à ‘Nicotine Research Laboratory, VA Medical Center and Department of Psychiatry of Duke University, USA’ – portait sur un dispositif de cigarette de substitution, à savoir un tube à bouffées à base d’Huile Essentielle de poivre noir (piper nigrum). L’huile essentielle de poivre noir est en effet susceptible de provoquer de légers effets irritants des voies respiratoires et supprimerait ainsi l’envie de fumer. L’objectif principal de cette étude était d’évaluer les effets des composants de cette huile essentielle assez peu utilisée sur les symptômes de sevrage subjectifs au cours d’une brève période d’abstinence tabagique chez 48 fumeurs de sexe masculin âgés de 19 et 56 ans. Les résultats de cette étude étaient assez étonnants car ils confirmaient que l’inhalation par la bouche de l’huile essentielle de poivre noir reprenait en partie les sensations des voies respiratoires éprouvées par le tabagisme et réduisait ainsi l’envie de fumer. Toutefois, cette étude démontrait qu’il ne fallait pas abuser de l’inhalation et que trois inspirations profondes à chaque envie de fumer étaient suffisantes. Les huiles essentielles et les symptômes du sevrage tabagique Actuellement, d’autres études scientifiques démontrent que l’aromathérapie aide à supporter les symptômes liés au sevrage tabagique. Notamment car elles s’avèrent efficaces pour rééquilibrer l’organisme à plusieurs niveaux : limiter la nervosité, combattre la fatigue mentale et les insomnies, améliorer le transit, limiter la prise de poids, éviter les grignotages et calmer les pulsions et besoins irrépressibles de compensation. Contre le stress et la déprime L’arrêt du tabac peut entraîner une forme de stress, de déprime, voire de dépression. Les huiles essentielles riches en linalol et/ou linalyl acétate, comme la lavande vraie [1-7], la sauge sclarée [8], ou encore la bergamote [11-12] ont des vertus avérées sur ces phénomènes et pourraient donc représenter des alliées de choix dans le sevrage tabagique. Difficultés de concentration Le sevrage tabagique peut être à l’origine de difficultés de concentration durant la journée. Afin de palier à ce symptôme, l’huile essentielle de menthe poivrée est évidemment un grand classique de l’aromathérapie [13]. Mais d’autres huiles apparaissent également d’un grand intérêt dans ce contexte, notamment les huiles de Romarin officinal à cinéole [14-15]. Insomnies Dans certains cas, l’arrêt du tabac peut mener à des troubles du sommeil. Encore une fois l’huile essentielle de lavande vraie pourra avoir une action bénéfique en favorisant l’endormissement. Par ailleurs, les Huiles Essentielles riches en carvone comme le carvi, l’aneth, ou encore la menthe verte pourraient également jouer sur la nervosité et le sommeil [21-23]. Enfin, on notera que la carvone a été rapportée comme ayant un effet bénéfique sur les comportements compulsifs [24]. La prise de ces mêmes huiles essentielles, sous forme de spray ou de gommes à mâcher, permet également de remplacer les cigarettes lors de l’arrêt progressif. Des solutions naturelles ? Arrêter de fumer est extrêmement difficile car cela provoque une triple dépendance qui est : physique, psychologique et comportementale. Pour contrer cette triple dépendance, nous avons développé une gamme 100% naturelle et sans nicotine pour le sevrage. Les capsules Forte Soutien global La prise de capsules Forte Soutien global facilite la période de sevrage grâce à une approche globale des symptômes du manque. Cette prise en charge globale comprend à la fois l’aspect physique : perturbation métabolique et prise de poids et l’aspect psychologique : irritabilité, dépression, fatigue mentale. Conseils d'utilisation : 1 capsule à prendre avec un peu d'eau pendant le repas, 1 à 2 fois par jour, (matin et midi) durant la période délicate Références [1] Malcolm BJ and Tallian K. (2017) – “Essential oil of lavender in anxiety disorders: Ready for prime time?” Ment Health Clin [Internet]. 2017;7(4):147-55. DOI: 10.9740/mhc.2017.07.147. [2] B.F. Bradley, N.J. Starkey, S.L. Brown, R.W. Lea (2007) – “Anxiolytic effects of Lavandula angustifolia odour on the Mongolian gerbil elevated plus maze” Journal of Ethnopharmacology, 111 (2007), pp. 517-525 [3] López V, Nielsen B, Solas M, Ramírez MJ, Jäger AK (2017) – “Exploring Pharmacological Mechanisms of Lavender (Lavandula angustifolia) Essential Oil on Central Nervous System Targets.” Front Pharmacol. 2017 May 19;8:280. doi: 10.3389/fphar.2017.00280. eCollection 2017. [4] de Sousa DP, de Almeida Soares Hocayen P, Andrade LN, Andreatini R. (2015) – “A Systematic Review of the Anxiolytic-Like Effects of Essential Oils in Animal Models.” Molecules. 2015 Oct 14;20(10):18620-60. doi: 10.3390/molecules201018620. [5] Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC) from the European Medecines Agency (EMA) (2012) – “Assessment report on Lavandula angustifolia Miller, aetheroleum and Lavandula angustifolia Miller, flos” EMA/HMPC/143183/2010 27 March 2012. [6] Schuwald AM, Noldner M, Wilmes T, Klugbauer N, Leuner K, Muller WE. (2013) – “ Lavender oil-potent anxiolytic properties via modulating voltage dependent calcium channels.” PLoS One. 2013;8(4):e59998. DOI: 10.1371/journal.pone.0059998. PubMed PMID: 23637742. [7] Chioca LR, Ferro MM, Baretta IP, Oliveira SM, Silva CR, Ferreira J, Losso EM, Andreatini R. (2013) – “Anxiolytic-like effect of lavender essential oil inhalation in mice: participation of serotonergic but not GABAA/benzodiazepine neurotransmission.” J Ethnopharmacol. 2013 May 20;147(2):412-8. doi: 10.1016/j.jep.2013.03.028. Epub 2013 Mar 22. [8] Seol GH, Shim HS, Kim PJ, Moon HK, Lee KH, Shim I, Suh SH, Min SS. (2010) – “Antidepressant-like effect of Salvia sclarea is explained by modulation of dopamine activities in rats.” J Ethnopharmacol. 2010 Jul 6;130(1):187-90. doi: 10.1016/j.jep.2010.04.035. Epub 2010 May 2. [9] Gastón MS, Cid MP, Vázquez AM, Decarlini MF, Demmel GI, Rossi LI, Aimar ML, Salvatierra NA. (2016) – "Sedative effect of central administration of Coriandrum sativum essential oil and its major component linalool in neonatal chicks.” Pharm Biol. 2016 Oct;54(10):1954-61. doi: 10.3109/13880209.2015.1137602. Epub 2016 Feb 25. [10] Cioanca O, Hritcu L, Mihasan M, Trifan A, Hancianu M. (2014) – “Inhalation of coriander volatile oil increased anxiolytic-antidepressant-like behaviors and decreased oxidative status in beta-amyloid (1-42) rat model of Alzheimer's disease.” Physiol Behav. 2014 May 28;131:68-74. doi: 10.1016/j.physbeh.2014.04.021. Epub 2014 Apr 18. [11] Romolà L, Tridico L, Scuteri D, Sakurada T, Sakurada S, Mizoguchi H, Avato P, Corasaniti MT, Bagetta G, Morrone LA. (2017) – “Bergamot Essential Oil Attenuates Anxiety-Like Behaviour in Rats.” Molecules. 2017 Apr 11;22(4). pii: E614. doi: 10.3390/molecules22040614. [12] Saiyudthong S and Marsden CA. (2011) – “Acute effects of bergamot oil on anxiety-related behaviour and corticosterone level in rats.” Phytother Res. 2011 Jun;25(6):858-62. doi: 10.1002/ptr.3325. Epub 2010 Nov 23. [13] Kennedy D, Okello E, Chazot P, Howes MJ, Ohiomokhare S, Jackson P, Haskell-Ramsay C, Khan J, Forster J, Wightman E. (2018) – “Volatile Terpenes and Brain Function: Investigation of the Cognitive and Mood Effects of Mentha × Piperita L. Essential Oil with In Vitro Properties Relevant to Central Nervous System Function.” Nutrients. 2018 Aug 7;10(8). pii: E1029. doi: 10.3390/nu10081029. [14] Pengelly A, Snow J, Mills SY, Scholey A, Wesnes K, Butler LR (2012) – “Short-term study on the effects of rosemary on cognitive function in an elderly population.” J Med Food. 2012 Jan;15(1):10-7. doi: 10.1089/jmf.2011.0005. Epub 2011 Aug 30. [15] Moss M, Oliver L (2012) – “Plasma 1,8-cineole correlates with cognitive performance following exposure to rosemary essential oil aroma.” Ther Adv Psychopharmacol. 2012 Jun;2(3):103-13. doi: 10.1177/2045125312436573. [16] Tildesley NT, Kennedy DO, Perry EK, Ballard CG, Wesnes KA, Scholey AB. (2005) – “Positive modulation of mood and cognitive performance following administration of acute doses of Salvia lavandulaefolia essential oil to healthy young volunteers.” Physiol Behav. 2005 Jan 17;83(5):699-709. [17] Kennedy DO, Dodd FL, Robertson BC, Okello EJ, Reay JL, Scholey AB, Haskell CF. (2011) – “Monoterpenoid extract of sage (Salvia lavandulaefolia) with cholinesterase inhibiting properties improves cognitive performance and mood in healthy adults.” J Psychopharmacol. 2011 Aug;25(8):1088-100. doi: 10.1177/0269881110385594. Epub 2010 Oct 11. [18] Scholey AB, Tildesley NT, Ballard CG, Wesnes KA, Tasker A, Perry EK, Kennedy DO. (2008) – “An extract of Salvia (sage) with anticholinesterase properties improves memory and attention in healthy older volunteers.” Psychopharmacology (Berl). 2008 May;198(1):127-39. doi: 10.1007/s00213-008-1101-3. Epub 2008 Mar 19. [19] Kennedy DO, Pace S, Haskell C, Okello EJ, Milne A, Scholey AB. (2006) – “Effects of cholinesterase inhibiting sage (Salvia officinalis) on mood, anxiety and performance on a psychological stressor battery.” Neuropsychopharmacology. 2006 Apr;31(4):845-52. [20] Lopresti AL. (2017) – “Salvia (Sage): A Review of its Potential Cognitive-Enhancing and Protective Effects.” Drugs R D. 2017 Mar;17(1):53-64. doi: 10.1007/s40268-016-0157-5. [21] de Sousa DP, de Farias Nóbrega FF, de Almeida RN. (2007) “Influence of the chirality of (R)-(-)- and (S)-(+)-carvone in the central nervous system: a comparative study.” Chirality. 2007 May 5;19(4):264-8. [22] Juan Carlos R. Gonçalves, Aron de Miranda H. Alves, Anna Erika V. de Araújo, Jader Santos Cruz, Demetrius Antônio Machado Araújo. (2010) « Distinct effects of carvone analogues on the isolated nerve of rats” European Journal of Pharmacology Volume 645, Issues 1–3, 25 October 2010, Pages 108-112 [23] G. Buchbauer, W. Jäger, A. Gruber, H. Dietrich (2005) « R-(+)- and S-(−)-carvone: influence of chirality on locomotion activity in mice” Flavour and Fragrances Journal Volume 20, Issue 6 November 2005 Pages 686–689 DOI: 10.1002/ffj.1600[24] Francianne P. Nogoceke, Inara M.R. Barcaro, Damião P. de Sousa, Roberto Andreatini (2016) “Antimanic-like effects of (R)-(−)-carvone and (S)-(+)-carvone in mice” Neuroscience Letters 619 (2016) 43–48.

5 ARTICLES POUR DÉBUTER EN AROMATHÉRAPIE

Comment prendre les huiles essentielles? Les différentes galéniques

Comment prendre les huiles essentielles? Les différentes galéniques

Définition de l'Aromathérapie et des Huiles Essentielles

Définition de l'Aromathérapie et des Huiles Essentielles

Beauté / Soin Bien-être naturel
Comment choisir son huile végétale ?

Comment choisir son huile végétale ?

Les bases du DIY

Les bases du DIY