Tiques et maladie de Lyme, comment s'en prémunir?

Tiques et maladie de Lyme, comment s'en prémunir?

La maladie de Lyme est une maladie transmise par des tiques infectées par la bactérie Borrelia burgdorferi. Pas de panique, les solutions proposées par l’aromathérapie permettent de sortir serein et de profiter pleinement de la nature et de ses bienfaits. Et ce, même au début du printemps et à la fin de l’automne, époques les plus à risque.

Une tique, c'est quoi ? 

Une tique, par définition, est un acarien parasite hématophage. La tique la plus présente en Europe est Ixodes ricinus. C’est elle qui peut transmettre la bactérie Borrelia, qui est responsable de la maladie de Lyme (Borréliose). Par conséquent, toutes les tiques ne sont pas porteuses de la maladie. Cette dernière se manifeste par des maux de tête, des nausées, des douleurs musculaires,… Ces premiers symptômes ne permettent pas toujours de la détecter rapidement. Il existe de nombreuses huiles essentielles pour combattre les tiques et vous permettre de sortir serein en profitant de la nature en toute tranquillité.

Quelles Huiles Essentielles contre les tiques ? 

Origan : Anti-infectieuse très puissante, elle existe en capsules à prendre avec un verre d’eau.

Tea-Tree et Bois de Hô : très complémentaires entre elles et avec l’huile essentielle d’Origan, elles s’utilisent souvent mélangées, étant toutes deux douces pour le corps et excellentes antibactériennes, antivirales, antimycosiques et immunostimulants. L’huile essentielle de Tea tree est également reconnue pour ses propriétés parasitifuges.

Lemongrass : Anti-inflammatoire et calmante du système nerveux, elle démontre aussi d’excellentes propriétés anti-infectieuses et antalgiques. Son rôle est donc essentiel dans le mélange, puisque l’huile essentielle intervient en cas de morsure pour calmer l’érythème migrant et le stress lié à l’évènement et agir en cas d’infection. Attention: dermocaustique, une huile essentielle à utiliser avec précaution.

Niaouli : protectrice cutanée, antivirale, antibactérienne, anti-infectieux et immunostimulante, cette huile essentielle, associées aux précédentes, permet d’augmenter l’action sur l’immunité grâce à ses molécules propres.

Des solutions prêtes à l'utilisation 

Le spray répulsif Aromapic anti-tiques 

Pranarōm a conçu un spray Aromapic - anti-tiques à destination des textiles dont l’effet répulsif contre la tique Ixodes ricinus, vecteur de la bactérie Borrelia a été prouvé par un laboratoire indépendant de renommé (usage du produit pour enfants de plus de 3ans). En effet, des études ont été réalisées avec des tiques et des poches de sang. De toute évidence, les résultats montrent que les tiques semblent se concentrer sur la cible de repas (sang) dans la zone non traitée par notre produit et non pas dans la zone traitée.

En outre, nous avons pu évaluer une efficacité du produit à hauteur de 93% d’efficacité après l’application et 91% d’efficacité jusqu’à trois jours après l’application.

Conseils d'utilisation : 

Vaporiser à 30 cm le bas du pantalon et les chaussures pendant 5 secondes, en évitant tout contact avec la peau. 

    J’ai été mordu, que faire ?

    La tique est toujours dans votre peau :

    Retirez-la très précautionneusement le plus rapidement possible à l’aide d’une pince à tiques en tournant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Une fois le parasite hors d’état de nuire, désinfectez soigneusement. Évitez d’apposer quoi que ce soit avant l’opération au risque de voir la bête se débattre et régurgiter des toxines ce qui pourrait accroître le risque d’infection en cas de contamination. Si vous n’êtes pas parvenu à retirer la totalité de la tique, consultez immédiatement votre médecin.

    Pendant la semaine qui suit la morsure :

    Démarrez une cure d’une semaine constituée de :

    Si vous constatez une plaque rouge suspecte sur votre peau ou un érythème migrant, consultez votre médecin.

    Que faire si je suis déjà atteint de la maladie de Lyme ?

    Même si vous souffrez déjà de la maladie de Lyme depuis un certain temps, les huiles essentielles peuvent vous permettre, en parallèle au traitement médical qu’on vous aura conseillé, de pallier à certains de ses inconvénients, de relever le niveau de votre organisme et de diminuer la symptomatologie.

    En cure de 8 semaines :

    Au fur et à mesure, vous devriez rapidement constater un renforcement immunitaire et une diminution de la fatigue. Tenez-vous néanmoins aux deux mois de cure pour en conserver les bienfaits plus longtemps.

    CONTINUER LA LECTURE

    Comment faire face aux virus ?

    Nous sommes en permanence confrontés à des virus, ils font partie de notre quotidien et peuvent être dangereux pour l'organisme. Des solutions naturelles existent pour se protéger notamment les huiles essentielles qui ont un grand pouvoir antiviral contre certains types de virus. Découvrez-les dans cet article !  Que sont les virus ? Les virus sont des agents infectieux de petite taille qui possèdent un seul type d'acide nucléique, ADN ou ARN, et qui ne peuvent se multiplier que dans les cellules vivantes d'animaux, de plantes ou de bactéries. Leur nom vient du mot latin ‘uirus’ qui signifie ‘venin ou poison’. Les virus sont classés en fonction de leur teneur en acide nucléique (ADN ou ARN), de leur taille, de la forme de leur capside et de la présence d'une enveloppe lipoprotéique. Les Adenovirus (responsables des infections des voies respiratoires supérieures chez l’homme), Asfarvirus (comme celui qui a provoqué la peste porcine africaine), Herpesvirus, Papillomavirus ou Poxvirus appartiennent au groupe de Virus à ADN1. Les Retrovirus (dont HIV ou virus de Sida), Influenza Virus (responsable des épidémies et pandémies de grippes, grippes type A : H1N1, H5N1 et H3N2’), Coronavirus, Filovirus, Reovirus ou Picornavirus, appartiennent au groupe de Virus à ARN1. Qu’est-ce que le Coronavirus ? Les Coronavirus sont des virions en forme de couronne d’environ 120 nm de diamètre (2) qui se transmettent par voie aérienne et provoquent des maladies respiratoires et gastro-intestinales chez l'homme, la volaille et les bovins. On dénombre six coronavirus dont quatre sans gravité, avec de légers symptômes pseudo-grippaux, et deux hautement pathogènes pour l’homme. Ces deux derniers infectent les voies respiratoires supérieures et inférieures et provoquent des maladies respiratoires graves, accompagnées de fièvre, de toux et de douleurs musculaires; le Coronavirus SRAS-CoV (syndrome respiratoire aigu sévère) et le Coronavirus MERS-CoV (syndrome respiratoire du Moyen-Orient). Ils étaient à l’origine des épidémies en 2002 et 2003. Le nouveau virus chinois, identifié pour la première fois, appartient à la famille des coronavirus. Depuis l’apparition de l'épidémie dans la ville chinoise de Wuhan en décembre 2019, le virus se propage partout dans le monde et on déplore de nombreux morts. Arnaud Fontanet, responsable de l'unité d'épidémiologie des maladies émergentes à l'Institut Pasteur à Paris explique à l'AFP qu’il s’agit du "septième coronavirus capable de donner des manifestations cliniques chez l'humain"(3). L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) l’a nommé “Coronavirus 2019-nCoV”, il provoque les mêmes symptômes que le SRAS-CoV et MERS-CoV. Pour le moment, on ne dispose pas encore du recul nécessaire et de données suffisantes sur le Coronavirus 2019-nCoV pour établir des traitements ou un vaccin. Le seul moyen pour éviter d’être contaminé est d’appliquer des mesures strictes de prévention et d’hygiène générales contre toute infection. Quelles sont les mesures de précaution contre les infections virales ? Laver régulièrement les mains avec de l’eau et du savon et particulièrement après chaque mouchage. Se couvrir la bouche et le nez lorsqu’on tousse ou éternue ; ou faites-le dans le coude et non dans les mains. Utiliser des mouchoirs en papier à usage unique afin d’éviter la dissémination des virus. Eviter les contacts physiques avec des personnes potentiellement infectées. Surveiller les symptômes d’une infection respiratoire fébrile avec fatigue, fièvre, toux et douleurs thoraciques. Si une personne présente les symptômes ci-dessus, il est conseillé de consulter sans tarder un médecin. Renforcer le système immunitaire en faisant attention à la qualité de l’alimentation et du bon sommeil. Comment se protéger davantage ? Plusieurs travaux de recherche (4-6) montrent que les huiles essentielles ont un grand pouvoir antiviral contre les virus à ARN et à ADN. Elles peuvent être utilisées pour désinfecter les mains, assainir l’environnement et soutenir le système immunitaire : Aseptiser les mains en appliquant sur les paumes des mains des solutions hydroalcooliques ou quelques gouttes d'huile essentielle de Ravintsara, d'Eucalyptus radié, de Tea tree ou de la Solution défenses naturelles Aromaforce  Aider le système immunitaire en prenant des compléments alimentaires, y compris ceux aux huiles essentielles tels que les Oléocaps+ 1 Voies respiratoires (maintenir la santé des voies respiratoires avec l'huile essentielle d'Origan) et/ou Oléocaps+ 4 Système immunitaire (maintenir les défenses naturelles grâce à l'huile essentielle de Sarriette des montagnes)  Renforcer le système immunitaire en appliquant localement sur les poignets, le thorax ou le dos la Solution défenses naturelles Aromaforce (contient de l'huile essentielle de Menthe poivrée pour le maintien des défenses naturelles) Assainir l'air en utilisant les spray assainissants Aromaforce et/ou en diffusant à l'aide d'un diffuseur la Solution défenses naturelles Aromaforce ou les huiles essentielle de Ravintsara et/ou d'Eucalyptus radié  Références bibliographiques Rogers, K. (Ed.). (2010). Bacteria and viruses. Britannica Educational Publishing. Black, J. G. (2008). Microbiology : principles and explorations. 7th ed. Hoboken (N.J.): Wiley. Rédaction (29 Janvier 2020). Santé : L’essentiel à savoir afin d’éviter le Coronavirus. Gnadoe Magazine https://gnadoemagazine.com/coronavirus-lessentiel-a-savoir-afin/ . Wu, S. et al. (2010, April). Essential oil attenuates influenza virus infection via inhibition of membrane fusion in vitro. In journal of investigative medicine (Vol. 58, No. 4, p. 677 Wang, W. et al. (2008). Anti-virus activity of combined essential oil on infectious bronchitis virus. Indian veterinary journal, 85(11), 1147-1148 Jackwood, M. W. et al. (2010). Avian coronavirus infectious bronchitis virus susceptibility to botanical oleoresins and essential oils in vitro and in vivo. Virus research, 149(1), 86-94.

    Épidémie de grippe : les Huiles Essentielles à la rescousse

    L’hiver, le mois de février en particulier, est un moment particulièrement propice aux épidémies de grippe. Si les vaccins sont des moyens efficaces de prévention, en cas d’affection déclarée, la chimie de synthèse a peu à offrir. Du paracétamol pour faire tomber la fièvre, des anti-douleurs, de l’acide ascorbique (la vitamine C), de bons conseils de base comme une hydratation suffisante et une alimentation équilibrée et vitaminée. Face à ce pauvre arsenal thérapeutique, certaines dérives ont parfois lieu. Et ce, même si elles sont sans fondements comme la prescription d’antibiotiques « au cas où ». Dans ce cadre, certaines huiles essentielles peuvent apporter une réelle plus-value. Les solutions naturelles En homéopathie, Oscillococcinum est devenu un incontournable auprès du grand public. L’oligothérapie conseille le cuivre avec succès. La phytothérapie allie le pouvoir de l’échinacea sur l’immunité à la vitamine C contenue dans l’acérola. Tandis que l’apithérapie préconise la propolis grâce à ses bienfaits sur nos défenses naturelles. Propolis qui, combinée aux huiles essentielles en multiplie d’ailleurs les principes actifs. Dans le champ des thérapies naturelles, l’aromathérapiefait figure d’exception. Ses composés actifs agissent pour la plupart selon la même logique que les solutions allopathiques. C’est à dire directement sur l’agent pathogène mais également sur les symptômes de l’affection. Mieux encore, chaqueHuile Essentielle représente en elle-même une large palette de molécules aromatiques. Ces dernières s’allient dans des synergies actives pour obtenir une efficacité redoutable. Prévention avec les Huiles Essentielles Il est toujours utile de rappeler l’importance des notions d’hygiène élémentaire. Se laver les mains plusieurs fois par jour, éviter les contacts physiques avec des personnes potentiellement infectés, et veiller particulièrement à la qualité de son sommeil et de son alimentation. En parallèle, la prévention s’opère principalement sur 2 fronts : Assainir l’air En diffusant des Huiles Essentielles deRavintsara et/ou d’Eucalyptus radié avec un diffuseur à froid ou le mélange pour diffuseur Force et Vitalité. Stimuler les défenses naturelles de l’individu: Optez pour lesCapsules Nez-Gorge ou lesCapsules Bronches en fonction de votre zone de sensibilité, à raison de 1 à 2 capsules avant le repas du matin et du soir. En application cutanée, appliquezla Solution Défenses Naturelles en friction locale. 3 à 5 gouttes sur les poignets, le thorax ou le dos, 2 à 3 fois par jour. Cette synergie peut également être diffusée dans l’air pour l’assainir. Précautions à respecter Attention à respecter scrupuleusement les règles de diffusion. Pour les enfants (6 à 12 ans), on veillera à diluer le mélange d’huile essentielle appliqué dans la même quantité d’huile végétale. Pour soutenir les défenses naturelles des tout petits (de 3 mois à 36 mois), Pranarôm a créé spécialement la solution PranaBB Défenses naturelles. Appliquez 2 à 3 gouttes du mélange sur chaque voûte plantaire, 2 fois par jour. Pour un enfant de 3 ans à 6 ans, on peut doubler cette dose.