E. Coli et aromathérapie : une stratégie adéquate ?

E. Coli et aromathérapie : une stratégie adéquate ?

Connaissez-vous la bactérie E.coli (Escherichia coli) ? Ce type de bactérie est bien connu des professionnels de l’aromathérapie. En effet, certaines Huiles Essentielles anti-infectieuses se sont révélées efficaces sur de nombreuses souches et beaucoup de publications en ont fait état.

Faut-il en conclure que la prise d’Huiles Essentielles pourrait prévenir l’infection à e.coli, voire même assainir durablement les voies digestives infectées ? Faisons le point avec Dominique Baudoux, pharmacien-aromatologue.

Entretien avec Dominique Baudoux, pharmacien-aromatologue

Dominique Baudoux, de quoi parle-t-on quand on évoque la bactérie tueuse ? 

Il faut d’abord donner une information générale et objective sur E. Coli (Escherichia Coli). C’est une bactérie fréquente du tube digestif des animaux et de l’homme. La plupart des souches de E. Coli sont inoffensives. Certaines souches entéro hémorragiques (ECEH) provoquent cependant parfois des intoxications alimentaires graves suite à la consommation d’aliments contaminés (viandes mal cuites, légumes mal lavés).

Les symptômes des affections provoquées par E. Coli sont les nausées, les crampes abdominales, les vomissements et les diarrhées évoluant vers des épisodes de diarrhées sanglantes. Chez la plupart des personnes atteintes, la guérison est obtenue en une dizaine de jours, mais chez certains, l’infection peut conduire à une affection mortelle caractérisée par une défaillance rénale aigüe, une anémie hémolytique et une thrombopénie. 

Quels sont les traitements ? 

« On pense évidemment aux antibiotiques… Le problème réside cependant dans l’inefficacité apparente des antibiotiques sur cette souche bactérienne particulièrement résistante. On comprend mieux les craintes du monde médical devant le développement de cette infection sans aucun moyen pour l’arrêter. »

Et les huiles essentielles ? 

« Nous connaissons l’activité bactéricide (destruction de la bactérie) de plusieurs huiles essentielles au spectre anti-infectieux large.

L’une des plus puissantes et des plus indiquées dans cette situation est la Cannelle de Chine et la Cannelle de Ceylan (écorce). En effet, l’évaluation de leur activité se mesure par la même méthode de biologie clinique que celle utilisée pour les antibiotiques. Les preuves existent et permettent une alternative efficace aux antibiotiques et ce n’est pas la première fois que les huiles essentielles chémotypées soignent, par exemple, les infections urinaires à E. Coli. »

Quelles recommandations en période de crise ? 

« La première recommandation concerne l’hygiène : laver les fruits et légumes plusieurs fois en ajoutant un peu de vinaigre à l’eau de lavage, cuire les viandes à risque suffisamment (attention aux burgers et américains), se laver les mains avec un détergent avant le repas. »

Que faire en prévention ?

« Pour une protection optimale, rien n’est plus simple : Origan capsules ou Oléocaps 1 : 1 capsule matin et soir aux repas, cinq jours sur sept pendant 3 à 4 semaines. A répéter selon la présence du risque infectieux. Nous faisons donc la même prévention que celle nécessaire pour les voyages en régions tropicales. Pour les personnes très sensibles du foie ou ne supportant pas l’origan, on peut agir de la même façon avec les capsules Oléocaps 2 (synergie d’huiles essentielles assainissantes contenant moins d’origan). »

En cas d'infection avérée ? 

« Si il y a infection déclarée, il faut obligatoirement utiliser la voie orale avec les mêmes capsules à raison de 3 capsules 4 fois par jour pendant 3 jours, puis 3 capsules 3 fois par jour pendant 7 jours supplémentaires.

De plus, la synergie suivante doit être combinée à la voie cutanée :

Appliquez 20 gouttes sur le ventre toutes les heures (8 à 10 fois par jour) pendant une durée minimale de 5 à 7 jours.

Le traitement utilise des huiles essentielles caustiques, raison pour laquelle nous les diluons dans une Huile Végétale. Il se pourrait cependant qu’une rougeur légère apparaisse. Rien de plus normal sauf si le patient a une peau très sensible et/ou allergique. »

Des conclusions à tirer ?

« Devant l’absence de moyens médicamenteux, il y a urgence d’ouvrir son esprit vers d’autres outils thérapeutiques actifs. En infectiologie, les huiles essentielles priment sur tous les autres moyens. Sachons nous rappeler que le Tea Tree ou Arbre à thé détruit, preuve à l’appui, un virus H1N1… l’histoire n’est qu’un éternel recommencement. Les huiles essentielles soignaient la peste au Moyen Age ; aujourd’hui, elles soignent d’autres fléaux à peine différents. Songez-y, car ce sont les médicaments du futur. »

DOORGAAN MET LEZEN

La Marjolaine à Thujanol, une alternative incontournable pour le Thym à Thujanol !

L'huile essentielle de Thym à thujanol (thymus vulgaris CT THUJANOL) est une Huile Essentielle que l'on retrouve très fréquemment dans les formulaires d'aromathérapie pour traiter la sphère respiratoire ou musculaire ainsi que la fatigue. Vous êtes nombreux à en apprécier les bienfaits et à regretter de constater la pénurie qui peut parfois toucher cette Huile Essentielle. Le Thym à thujanol est en effet une plante dont la production annuelle est trop faible pour répondre à la demande. Heureusement, l'arsenal thérapeutique en aromathérapie est large et il est très intéressant de constater que l'Huile Essentielle de Marjolaine à thujanol (origanum majorana CT THUJANOL) est une parfaite alternative pour ce thym trop rare. Le département scientifique du laboratoire Pranarōm vous explique pourquoi. Une question de molécules : La composition de l'Huile Essentielle de Thym à thujanol est intéressante. Lorsqu'on analyse ses composés grâce à la chromatographie, on constate que cette huile contient un taux moyen de Trans-et Cis-Thujanol avoisinant les 35% de sa composition totale. Le Thujanol est un alcool monoterpénique qui confère à l'Huile Essentielle de Thym à thujanol sa réputation d'être une Huile Essentielle anti-infectieuse, anti-virale, bactéricide et fongicide très bien tolérée et plutôt douce.  Pour rappel, il existe plusieurs sortes de thym et l'huile essentielle dont nous parlons ici est différente de celle issue du thym à Thymol ou à Linalol. L'huile essentielle de marjolaine à thujanol (origanum majorana CT THUJANOL) contient quant à elle une concentration de Trans- et Cis- Thujanol avoisinnant les 28% de sa composition totale en moyenne. Il s'agit donc bien là de deux Huiles Essentielles très proches en termes de composition moléculaire, et on retrouve au cœur de leur profil biochimique le Thujanol tant apprécié. La Marjolaine, une plante amie de longue date : On distille les sommités fleuries de la marjolaine Cousine éloignée de l'origan, l'herbe aromatique de marjolaine (origanum majorana) était déjà utilisée par les civilisations anciennes d'Europe et d'Egypte pour ses nombreuses propriétés "échauffantes" et apaisantes à la fois. Les Grecs et les Egyptiens l'associaient aux cérémonies funéraires pour faciliter le passage à l'au-delà. Les Grecs en consommaient également par voie orale pour les problèmes de digestion. Il existe plusieurs chémotypes de marjolaine. L'Huile Essentielle de Marjolaine à thujanol est décrite par les auteurs d'ouvrages d'aromathérapie comme une huile anti-bactérienne et anti-virale puissante, qui stimule l'immunité et qui atténue la fatigue. On la retrouve aussi dans des protocoles d'aromathérapie dans le monde Anglo-saxon pour réguler le sommeil lors d'un passage en dépression, ou pour se prémunir des maux de l'hiver. Facile à utiliser : Lorsque l'on rencontre une formule aromatique contenant du thym à thujanol alors qu'il est en pénurie, il suffit donc de remplacer l'Huile Essentielle de Thym à thujanol par celle de marjolaine à thujanol. Attention, il faut bien vérifier le chémotype dont il est question : CT Thujanol ou Thuyanol uniquement ! Pour être tout à fait complet, il faut souligner que l'huile essentielle de marjolaine à thujanol contient en moyenne 15 % de carvacrol, un phénol que le thym à thujanol ne contient pas. Ceci limite donc son usage un tout petit peu pour les personnes au foie sensible ou pour les femmes enceintes et les enfants en bas âge qui éviteront cette huile essentielle sauf avis médical contraire. Pour la voie interne, on dilue l'huile essentielle de marjolaine à thujanol dans un support tel que le miel ou l'huile végétale. Pour la voie cutanée, la consigne générale est de diluer l'huile à 20% maximum dans une huile végétale, et de ne jamais dépasser les 50 % dans une formule. Des recettes adaptées : Thym ou Marjolaine ? Voici pour terminer quelques formules issues des ouvrages de Dominique Baudoux à base de Marjolaine à thujanol : Dès que l'angine s'annonce, 2 gouttes de Marjolaine à thujanol sur un petit morceau de sucre à sucer ou dans du miel à raison de 3 ou 4 prises sur 24 heures. Pour adultes uniquement, femmes enceintes s'abstenir. En cas d'épuisement physique et/ou psychique, masser le plexus solaire avec 3 gouttes de Marjolaine à thujanol dans 4 gouttes d'Huile Végétale de noisette ou de noyaux d'abricot. A réaliser une à deux fois par jour jusqu'à amélioration nette.

A propos de l’Estragole et les huiles essentielles d’Estragon et de Basilic

L’huile essentielle de Basilic et d’Estragon contenant l’estragole ont été utilisées depuis l’antiquité sans jamais présenter une réelle toxicité pour l’humain et les animaux. Les principaux constituants de l’huile essentielle de Basilic sont l’estragole (le méthyle chavicol) 74% et le linalol 19,5% et les principaux constituants de l’huile essentielle d’Estragon sont l’estragole 70% et le Trans et le Cis-b-OCIMENE 25%. Le pourcentage de l’estragole peut être plus élevé dans certaines espèces (andgt;85%). L’huile essentielle de Basilic et celle d’Estragon contenant l’estragole ont été utilisées depuis l’antiquité sans jamais présenter une réelle toxicité pour l’humain et les animaux. Malheureusement, le grand pourcentage d’estragole a donné une mauvaise réputation à ces plantes (dangereuses, toxiques, cancérigènes, non recommandables en aromathérapie, etc.). Qu'en est-il vraiment ? Le méthyle Chavicol ou l’estragole, avec le safrole (du sassafras), le méthyle-eugénol, l’anéthole et l’elemicine sont des ‘alkyl benzènes’. Certains de ces composés, notamment le safrole, se sont révélés cancérigènes dans certaines études. Cela a conduit le safrole, par exemple, à ne plus être autorisé que dans de minuscules quantités dans les denrées alimentaires et les parfums voire interdit complètement. L’estragole a montré également un signal génotoxique chez les rongeurs et a fait l’objet de nombreuses études. Mais jusqu’à présent, aucune autorité gouvernementale européenne ou américaine n’a interdit l’utilisation de l’estragole ou des plantes, des huiles, des compléments alimentaires, des parfums et des médicaments qui en contiennent. Les concentrations concernées sont considérées comme trop faibles pour être génotoxiques. Des études ont montré que l’estragole, en lui-même, n’est pas génotoxique et non cancérigène (qui peut causer le cancer en endommageant l’ADN cellulaire), mais c’est plutôt un métabolite dérivé, issu de la métabolisation des alkyl benzène qui est génotoxique. Le métabolite en question pour l’estragole est l’hydroxyestragole ; qui se métabolise en sulfoöxyestragole et en hydroxyestragole-oxyde. Ces composés, à fortes doses peuvent induire des mutations au niveau de l’ADN et, éventuellement, être cancérigènes. Il faut savoir que l’hydroxyestragole ne peut être produit par métabolisation qu’à partir d’une grande quantité de l’estragole. Dans le cas des rongeurs de laboratoire, il faut 0,5 g/kg de poids corporel. Par comparaison, à un adulte de 70 kg, il faut une dose de 35 grammes par jour (c'est-à-dire environ 47 grammes (50 ml) d’huile essentielle de basilic très riche en estragole ; c’est une quantité énorme).  Avec de plus petites doses d’huile essentielle de basilic, l’hydroxyestragole n’est formé ou produit qu’en minuscules quantités. Des études sur l’estragole ont montré que le NOAEL (No observable adverse effect level), chez les rats et les souris est d’environ 260 mg/kg en moyenne. C’est l’équivalent de 23 grammes (25 ml) d’huile essentielle de basilic pour un adulte de 70 kg.  Il faut noter que dans ces études de génotoxicité et de cancérogénocité, nous avons toujours utilisé des doses élevées de l’estragole pur (isolé) et non pas en mélange comme le cas des extraits de plantes ou des huiles essentielles. L’effet global et le potentiel de protection des interactions des autres molécules présentes dans une huile essentielle ou dans un extrait de plante n’ont pas été étudiés. Dans une étude récente ‘2008’, Jeurissen, S.M.F. et al. montrent que la bioactivation de l’hydroxyestragole et les effets néfastes de ses dérivés pourraient être annulés si on utilise l’extrait de basilic au lieu de l’estragole seul. Ce groupe de chercheur a montré que l’extrait de basilic inhibe complètement les aberrations induites par le l’hydroxyestragole pur sur l’ADN des cellules HepG2 d’hépatome humain. Selon la FDA et le FEMA* L'huile essentielle de Basilic est approuvée par ‘The US Food and Drug Administration’ (FDA) pour son utilisation alimentaire (21 CFR. Code of Federal Regulation) 121.1164). Et elle est considérée comme GRAS (Generally Recognized As Safe) par ‘The Expert Panel of the Flavour and Extract Manufacturer’s Association’ (FEMA). Selon l’Agence européenne pour l’évaluation des médicaments* L’usage des plantes à haute teneur en méthyle chavicol (estragole) doit être réduit au minimum pour les enfants, les femmes enceintes et allaitantes jusqu’à ce que d’autres études sur les faibles niveaux d’exposition à l’estragole seront réalisées. Références bibliographiques : Ron Guba, Beneficial Basil,  Essential News, Essential Therapeutics, The Ultimate Practitioner Range Vol. 18 June 2005 Aruna K, Sivaramkrishnan VM. Plant products as protective agents against cancer. Indian Journal of Experimental Biology 1994; 47 (11): 2063-2068 Mills S, Bone K. Principles and Practice of Phytotherapy Churchill Livingstone 2000, p157 Final position paper on herbal medicinal products containing estragole. The European Agency for the Evaluation of Medicinal Products March 2004. Suzanne M.F. Jeurissen, Ans Punt, Thierry Delatour, Ivonne M.C.M. Rietjens. Basil extract inhibits the sulfotransferase mediated formation of DNA adducts of the procarcinogen 1’-hydroxyestragole by rat and human liver S9 homogenates and in HepG2 Human Hepatoma Cells. Food and Chemical Toxicology 46 (2008) 2296–2302 *182.20 Essential oils, oleoresins (solvent-free), and natural extractives (including distillates) that are generally recognized as safe for their intended use. US Department of Health and Human Services FDA Center for Food Safety. 21 CFR Ch. I (4–1–06 Edition). § 182.20. P. 469 *Final position paper on herbal medicinal products containing estragole. The European Agency for the Evaluation of Medicinal Products. European Medicines Agency. Evaluation of Medicines for Human Use. London 23 March 2004, EMEA/HMPC/337/03 *Public Statement on the use of herbal medicinal products containing estragole. The European Agency for the Evaluation of Medicinal Products. European Medicines Agency. Evaluation of Medicines for Human Use. London, 23 November 2005. Doc Ref: EMEA/HMPC/137212/2005